contact

salon

Elle me considère avec mépris. Je devine ce qu’elle pense : c’est un inconnu, lui, on ne l’a jamais vu à la tévé, un autre loser. Elle prend le livre, le retourne, lit la jaquette. Ça parle de quoi ? Je l’ignore, madame. J’écris ce qui me presse. C’est seulement après coup, des années plus tard, que je comprends ce que j’ai voulu dire. Revenez demain…

ajouter un commentaire