contact

roulement


des vieilles dames disparaissent du quartier, on ne les voit plus l’hiver à leur fenêtre, l’été assises sur leur balcon ; placées ? décédées ?

bientôt un entrepreneur débarque, il rénove leur logement, ou le reconstruit, avec de jolis matériaux et des équipements modernes, dont elles auraient aimé s’entourer peut-être ; on met une pancarte à louer ou à vendre

chaque semaine des vies s’effacent ainsi de la ville

ajouter un commentaire