contact

confort


je me rends où tu me dis
à l’heure que tu choisis
j’admire
le coucher de soleil
des moineaux s’épivardent
dans l’épais lierre
tu n’es jamais là
je m’en fiche
c’est pour la joie d’obéir

ajouter un commentaire