contact

abracadabra


en tout, ralentir, prendre de plus petites gorgées, aller moins loin, parler moins longtemps, s’amenuiser chaque jour, si bien qu’à la fin, ils ne trouveront rien

commenter

tarir

c’est beau quand on y pense : on meurt d’avoir donné

commenter

a b c

l’humain tente de clarifier sa présence sur terre, la documente, et disparaît

commenter

condamné


cet arbre va être abattu, il a le tronc ouvert, des blessures, des cicatrices, des cavités, si marquées que les enfants, qui chaque jour le prennent d’assaut, trouvent appui pour y grimper ; c’est son chant du cygne, il s’en ira, bourré de caresses de petites mains, de petits pieds

commenter

quoi ?

mon ouïe dépérit, de sorte que je situe à ma gauche la source de bruits se produisant en fait à ma droite ; j’ai bien peur, lorsque la mort viendra, d’aller ouvrir la porte de derrière alors qu’elle frappera à celle de devant

commenter