contact

façonner

partout dans les parcs, les cours, les ruelles, des fortins, des tunnels, des châteaux, des bonhommes de neige, première fois cet hiver, dernière de l’année

commenter

hiver

tantôt le solstice
officiel
c’est grand froid
grand vent
gris
nuages effilochés
je n’épèle plus ton nom

dans ma maison
des ampoules en guirlande clignotent

commenter

accalmie


je n’écris presque plus sur la mort, je deviens peut-être plus présent, plus confiant, patient, mon inscription dans la durée évolue

commenter

dédicace


le lecteur me demande : tu utilises toujours le crayon au plomb ? depuis quelques années, oui ; pourquoi ? parce que tout s’efface

commenter

manchettes


le soleil brille, l’érable de maison fleurit, la misère pourpre aussi, les boutures prennent, il y a de bonnes nouvelles à rapporter

commenter

ici-bas


on ne peut pas prétendre aimer la vie et détester le corps, instrument de captation, surface de sensation, de perception

commenter

indemnité


se produit avec l’âge une métamorphose aussi prodigieuse, en un sens, que l’adolescence, on ne s’appartient plus

oui, bon, la capacité physique décline, mais c’est un excellent prétexte pour s’appuyer à de jeunes et robustes épaules

commenter

livres


je vérifie les comptes, je dépense beaucoup à la pharmacie et à la librairie, il n’y a pas de lien, du moins je l'espère

commenter

vœux

aujourd’hui, 2 chantiers : décorations de noël et boutures, c’est l’avent, contribution à l’éclairage et à la vie

commenter