contact

stigmate


en vieillissant, je deviens sensible, princesse au petit pois, et je mesure mal les conséquences d’une charge trop lourde, d’un lacet trop serré, d’une longue excursion

commenter

redoux


ce soir, les parents ramènent leurs enfants de l’école ou de la garderie d’un pas tranquille, détendu, lent, en bavardant, et s’ils ont des bottes de caoutchouc, pataugent de conserve dans les flaques

commenter

crêpe


à québec, il y a une quarantaine d’années, par un matin de poudrerie, glacial, en passant devant la basilique, j’entends l’orgue, il est très tôt, avant 6 heures, j’entre, il n’y a d’autre éclairage que la lueur des cierges, la nef est vide, dans les stalles du chœur s’alignent de vieux chanoines de l’évêché tandis qu’autour de l’autel, en demi-cercle se déploient les petits chanteurs du séminaire, c’est la messe de la chandeleur, le contraste entre le spectacle du dehors et celui du dedans est saisissant

commenter