contact

peu


un homme marche chaque jour dans ma rue, il avance avec difficulté en s’appuyant sur deux cannes et s’arrête aux cinq pas pour reprendre son souffle ou ses esprits, il vient sans doute du centre de réadaptation, non loin

nous parlons à l’occasion, il a un beau sourire, le froid même sibérien ne l’embête pas, pourvu qu’il y ait du soleil : le ciel bleu, la neige blanche, la lumière, c’est magnifique, ça le rend heureux

un éclopé peut avoir un rapport à la vie plus simple que le nôtre

commenter

carence


je ne sais pas accueillir les compliments, les marques d’affection, j’ai tendance à les minimiser, à en douter, c’est ma plus grande pauvreté, je crois

1 commentaire

indulgence

j’ai un ami très cher dont la bienveillance m’épate et m’émeut, il s'abstient de formuler des commentaires négatifs, trouve en tout une qualité, si minime soit-elle, ne manque pas pour autant de sens critique

son exemple (édifiant) me pousse à réfléchir sur mon ironie, mon sarcasme, qui ne fait plaisir qu’à moi

commenter

réveillon

c’est l’heure
soigner tes mains
lécher les plaies
t’en tenir à la certitude
des corps

métro de saint-sylvestre
la fille aux jambes rouges
son copain saoul
l’homme paniqué

c’est le matin
tu as grandi d’un pouce

commenter