contact

voilier


un ami, à qui je raconte que les cris des oies m’ont tiré du lit très tôt, et que je me suis précipité sur mon balcon pour les apercevoir, me lance en riant : tu es un enfant, peut-être oui, la vie est une talle de fraises

commenter

premières

participer à une plantation de végétaux dans une ruelle maintenant verte, recevoir un courriel d’un traducteur intéressé à un de mes livres, installer des pancartes électorales

commenter

public

tandis qu’il joue, je me tiens à l’écart, et j’observe les passants qui s’arrêtent pour l’écouter, le photographier, le filmer, attendris, impressionnés, certains restent là, fascinés, jusqu’à la fin du morceau, et applaudissent, souriants, la littérature ne réussit jamais ça

1 commentaire

métier

défaire la nuit ce que j’ai fait le jour, une amie me dit : tu cultives ton sentiment d’incompétence, il y a de ça

qu’on me pardonne cette parenthèse d’autoanalyse

1 commentaire

intuition

attendre, agir à point nommé, et les pièces du puzzle s’emboîtent comme par magie

commenter

passer


je l’ai déjà dit, et on m’en apporte régulièrement la confirmation : il y a péril à accompagner un proche agonisant, la frontière est poreuse

1 commentaire

marina


du banquet des guirlandes flétries nous pendent au cou des garçons à moitié nus démontent les tentes les invités repartent ton ombre s’allonge sur le quai tu me suis partout vieil époux

commenter

cuisinier


ils se sont rencontrés il y a 10 ans, ça ne pouvait pas fonctionner, il manquait de maturité, ils se retrouvent aujourd’hui, avec la conviction d’être destinés l’un à l’autre, depuis toujours

commenter

evergreen


je reconnais le pont
l’auberge le deuil amer
dont tu parles
de chaque bord de la route
un cimetière

commenter

écueils

j’ai le tour de gâcher mon plaisir d’écriture, je m’enfarge dans les détails, laisse le doute s’infiltrer, la critique, je m’inhibe

j’entends d’ici mes bienveillants lecteurs s’exclamer : qu’est-ce que tu veux que ça nous côlice ? et à juste titre

commenter

éclair

pendant une bonne partie de sa vie, on imagine avoir de l’importance, pour s’apercevoir avec l’âge que non

1 commentaire

barbara

c’est drôle, il me chantait : dis, quand reviendras-tu ? alors que j’étais là, peu après, c’est lui qui est parti

peut-être regrettait-il une ferveur ancienne, peut-être préparait-il sa sortie

commenter

pavlov

elle fait un bruit de baiser du bout des lèvres, et tous les chiens du parc se retournent

commenter

montréal

épluchette dans une ruelle, armés de sabres lumineux, des gamins se pourchassent, un band enchaîne les covers de funk et de soul, derrière le batteur, un camion de location, quelqu’un déménage, assis par terre, 3 petits garçons jouent aux mille-bornes, dont ils réinventent le règlement

commenter