contact

congé

commerces fermés = rues désertes, d’où il est permis de conclure que nos contemporains ne sortent que pour affaires

commenter

cachot

mes amis m’appellent le vieux catho, il y a du vrai là-dedans, j’ai beau ne pas croire, reste que toute mon enfance a baigné dans l’eau bénite, la religion m’a marqué, au fer, avec son lot de mythes, de bêtises, sa conception binaire de l’existence, le bien, le mal, le ciel, l’enfer, qui conditionnent encore, malgré moi, certaines de mes réactions, s’arracher demande de la patience

commenter

legs

transmettre, oui, mais quoi ? des aptitudes, des connaissances, des intérêts ? la passion du hockey, du baseball ? ou une sensibilité, une part de vérité, un mode d’appréhension du monde ?

commenter

frugalité

une fois encore, je résiste à la frénésie de consommation de fin d’année, d’autant mieux que je n’ai pas une cenne

commenter

pli


un rien, je redeviens le garçon insuffisant, soucieux, quelque chose, la peur, m’empêche de grandir, de célébrer

commenter

toi

nattes d’injonctions
nerfs étouffés
tissus nécrosés
personne ne revient
le total au tableau
des mains coupées
mes baisers retenus
la plainte d’argent

commenter

grognon


je sais, je ne suis pas facile à aimer, certains s’y obstinent pourtant, admirables, je les salue et les embrasse

1 commentaire

motus


je l’ai dit, je l’ai écrit : le silence, ça n’existe pas, aussi loin qu’on aille, si profond qu’on se cache, il y a toujours le bruit d’un ruissellement, d’un déplacement de terre ou d’air, un craquement, un chant, un pouls, même entre ceux qui se taisent, il n’y a pas de vide, mais une gêne, un embarras ou, au contraire, une concorde parfaite, il y a parole, et sens, tout le temps

commenter