contact

vidanges


il transporte la table en bois qu’ils ont trouvée en bordure du trottoir, elle, la patte cassée, ils vont tenter de la réparer

commenter

balancier

jeune, je déménageais souvent, puis, j’ai désappris à partir, maintenant, ce sont les autres qui me laissent

commenter

marathon

leur tournant même le dos, le petit garçon oublie d’encourager les participants, fasciné par le doré du pompon de meneuse de claque que sa grand-mère lui a remis

apercevant ses enfants sur le terre-plein, le coureur s’arrête pour leur donner chacun deux bisous

commenter

septembre

s’agenouiller dans l’odeur des feuilles
pleurer de reconnaissance

commenter

d


il colle au cul de sa blonde pour franchir avec elle le tourniquet du métro, ne paient qu’un passage

commenter

terrain

même en me répétant matin et soir que je désire un enfant, je ne tomberai jamais en famille, on est d’accord ? alors, pourquoi penser au cancer contribuerait-il à me le donner ?

commenter

show time

Jour après jour, nous repoussons les limites de l’acceptable, les slogans (toujours guerriers, réducteurs, opprimants) triomphent du discours : la réflexion n’a plus d’effet sur le réel, et la représentation, plus aucun rapport avec ce qu’elle prétend signifier, le très haut degré d’abstraction de notre civilisation est directement proportionnel à la densité matérielle des tragédies charnelles, organiques qu’elle détermine.

commenter

dérive

l’angoisse est une déraison, un pas de côté, comme une sortie de route, perte de contrôle, l’imagination morbide prend le dessus, ô combien préférable à l’incertitude, on organise le destin, puisqu’il en faut un, sans indulgence pour soi, recherche du pire

commenter

divertir

quand on s’y arrête, c’est fou, ce que chacun fait pour se détourner du sentiment de sa fragilité

commenter

maquis

Notre littérature est tout sauf de la résistance, elle s’accorde trop bien avec la bien-pensance, le confort ambiant, consensuel, les attentes bourgeoises du lectorat féminin, que nos auteurs flattent dans le sens de l’épilation.

commenter

accident

En cas d’écrasement, déraillement, collision, naufrage, le premier réflexe des passagers sera de filmer la scène avec leur téléphone.

commenter

faible

Dans des textes récents, je lis une revendication maladive d’humanité. Entendre par là : aveu de lâcheté, mollesse assumée, indécision dont on se félicite, imperfection glorifiée, médiocrité satisfaite. Paradoxalement, échapper aux idéaux en devient un. Bref, une écriture incapable de s’élever au-dessus de l’image.

commenter

dispositif

Partout, d’est en ouest, du nord au sud, le même mot d’ordre, qui tient lieu de programme politique : sauvons nos riches.

commenter

silo

frapper au même endroit
même porte
persistance du besoin
ne jamais éteindre
encre indélébile
les mots n’en peuvent plus
de crier de geindre
dans ce silence de métal
pacte d’enfer
j’ai du son de côté
il m’en restera pour l’hiver

commenter

dragons

c’est dans la mémoire que se tapissent les monstres dont la seule évocation nous fait trembler, les démons appartiennent toujours au passé

commenter

taire

pour entretenir sa popularité, et ne pas être jugé trop sérieux (lire : indigeste), l’intellectuel à gogo s’applique à désamorcer son propos à mesure qu’il l’énonce, à se tourner lui-même en dérision, s’excusant de sa lourdeur, le véritable penseur, lui, s’en côlisse

commenter

miracle

Dans le milieu gai, on me considère comme un mature, un dad. Dans certains commerces, comme un aîné (ce qui procure des privilèges). Dans mon métier, comme un senior. Je ne suis jamais vieux.

commenter

lamentations

Se plaindre de la course du temps, du passage des ans, de la disparition des repères, ce n’est pas aimer la vie.

commenter

types

Dans la publicité, on demande à la femme d’acheter et de faire la pute. À l’homme, il suffit de se comporter comme un imbécile.

commenter

princesses


La perte, qui allait de soi autrefois, devient une affaire extrêmement complexe, d’où la profusion de témoignages, guides, avis d'experts. Nous ne tolérons plus la privation.

commenter

expédition

des tapis de laine
mensonges debout
aucun panneau au bout de la route
juste du sable
des maisons comme des planches
que la pluie a noircies
la colère cale dans la boue
nous n’avons plus de vivres
et tu fais semblant de rien

commenter

secours

Dans nos cuisines, il y a toujours un tiroir dans lequel sont jetés pêle-mêle des objets de toutes sortes, des bouts de bois, des élastiques, de la ficelle, des clous, des crayons, des épingles à couche, ou à linge, des dés, des cartes à jouer dépareillées, un tournevis, une paire de pinces, des bouchons de liège, de l’argent Canadian Tire, des coupons-rabais expirés, un vieux calepin, des clés dont on ignore l’utilité, un cadenas, des billes, une pièce de domino, des piles, une bobine de fil, une gomme à effacer, un timbre, un autocollant, un aimant, le menu d’une pizzéria, du ruban électrique, un tube de colle, des ciseaux, un galon…

commenter

casser

Un livre digne de ce nom peut se comparer à des chaussures neuves : ça commence par faire mal.

commenter

réviser

Se relire, c’est une acrobatie, qui requiert à la fois sévérité et indulgence. C’est un bon test de rapport à soi.

commenter

rut

Même à mon âge, la vie réserve des surprises. Aujourd’hui, pour la première fois, j’ai vu un gars se masturber avec le petit doigt en l’air.

commenter

délices

créer implique de se compromettre, c’est accompagné d’une forte sensation de déperdition de soi

commenter

persona

On ne peut pas écrire sur la mère : le texte ne sera qu’une accumulation de lieux communs, de clichés, de contre-vérités prévisibles, d’images surfaites, souvent bourgeoises, nettoyées, sans relief aucun.

Pour que ça devienne intéressant, il faudrait parler de la femme. Autrement dit, considérer davantage l’actrice que le rôle, archiconnu, et ennuyeux.

Mais il n’y a pas toujours quelqu’un derrière le masque. C’est si tentant de fondre.

commenter

enceinte

elle prend des airs de madone, sourire en coin, détendue, sereine, habitée, presque mystique, comme si son gros ventre rond, qu’elle caresse, lui redonnait une pureté, j’allais dire : une virginité

commenter

complexe

J’ai longtemps ressenti comme un handicap l’impossibilité dans laquelle je me trouvais, lorsqu’un journaliste me questionnait, de résumer mes romans en une seule phrase, de les ramener à la simplicité d’une formule. Car, chez moi, l’histoire reste secondaire. Je m’aperçois maintenant que c’est un atout. Ma signature.

commenter