contact

mater

Mon père, à qui j’ai révélé mon homosexualité à 15 ans : Tu vas finir comme ces vieux messieurs qui dévorent des yeux des gamins de ton âge.

Ah bon ! Les hétéros tenaillés par le démon du midi, ou même avant, ils sont insensibles aux charmes des collégiennes, eux ?

commenter

westfalia

Jeune, mon ambition était de ne pas en avoir. Je voulais plus tard n’habiter nulle part, sans domicile fixe, ne rien posséder, hormis quelques vêtements, des livres et un camping-car, à bord duquel je sillonnerais le continent, de l’Alaska à la Terre de Feu, acceptant des petits boulots ici et là, sur des fermes, ou dans des villes, au gré des hasards, des saisons, juste pour me payer de quoi manger, fumer, boire, et remplir le réservoir, me garant la nuit dans les haltes routières, les stationnements des centres commerciaux, ou sur l’accotement, parfois avec des compagnons pris en stop, peut-être des amants, mais le plus souvent seul, ne communiquant que par courrier, pas de téléphone ni de télé, seulement la musique de la radio. Cowboy, le cheval en moins.

Ça n’aura été qu’une chimère. Qui continue cependant de résonner en moi.

commenter

stress

D’aucuns, courageux, affrontent le danger. D’autres détalent à toutes jambes. Les derniers, dont moi, figent. Font le mort pour tromper l’ours. À un carrefour, si une voiture fonce droit sur moi, je m’arrête sec au milieu de la chaussée. Plus facile à contourner. Ou à faucher.

commenter

brigade

Oto-rhino-laryngologiste. Ostéopathe. Endocrinologue. Ophtalmologiste. Massothérapeutes. Médecin de famille. Allergologue. Dentiste.

Ça en prend, des mains expertes, pour réparer ce corps que j’ai bousillé tout seul.

commenter

cric crac

Coups de pied dans les feuilles, pour le bruit, qu’elles revolent aux quatre vents, le plaisir enfantin, espiègle, scolaire.

commenter

merde

Un incendie dans une usine de polymère au Japon a fait craindre une pénurie mondiale de couches jetables.

Colosse au cul d’argile.

commenter

prologue

Au théâtre, avant le lever de rideau.

À ma gauche, un garçon se retourne et s’adresse à un ami installé dans la deuxième ou troisième rangée derrière nous : Félix, allume ton cell, j’ai une question à te poser.

À ma droite, une quinquagénaire. Elle sort de son sac une trousse de maquillage, enlève ses lentilles, les range dans leur étui, se met du rouge à lèvres (par qui sera-t-elle vue pendant la pièce ?), chausse ses lunettes après les avoir méticuleusement nettoyées.

Le spectacle, qui n’a pas débuté, est partout.

commenter

lueur

Ce deuil, déjà anormalement long, et encore cuisant, que rien ne peut épancher, assécher.

Après quelques années, la plupart réussissent à tourner la page, à refaire leur vie. Pas moi. Je ne m’en sortirai pas. Et le trou restera béant.


Il a fallu que je le reconnaisse, impuissant, déclare forfait, résigné à tourner en rond, pour qu’apparaissent les premiers signes de rétablissement.

J’ai un formidable esprit de contradiction...

commenter

contre


La tolérance, c’est une hostilité qui se déguise. Une version allégée de la désapprobation. Une fausse ouverture. Un oui condescendant, conditionnel, soumis à l’arbitraire. Un sursis. Sorte de chantage. Elle n’implique pas le respect. Ne confère aucun droit.

commenter

glaise

Attablés à la vitrine du Céramic Café, un étudiant et sa copine peignent un nain de jardin. Je les admire. Je ne sais trop pourquoi. Amoureux, j'étais casanier, et moins angélique.

commenter

uppercut

Ceux que vous aimez, devant qui vous baissez la garde, porteront les plus sales coups.

commenter