contact

épiderme


Je ne suis plus touché que par des masseurs, des médecins, et le préposé au shampooing chez le coiffeur.

Tous payés.

commenter

plato

Des adeptes d’une secte repeignent en blanc la devanture de leur église.

À une intersection, deux femmes enceintes, tapis de yoga sous le bras, s’embrassent, radieuses, jacassent, ne parviennent pas à se quitter.

Un garçon en short à carreaux, tee-shirt rayé et slip à pois (apparent au bas du dos) traverse la rue en dévorant une pointe de pizza, calée dans une assiette de carton pliée en V.

Le conducteur d’une jeep complètement ouverte, toit et portières enlevés, remonte Saint-Laurent, ses haut-parleurs déversent à fond la caisse un gros blues sirupeux. 

commenter

trop-plein

Cigales au soleil de midi. Criquets à minuit.

Gerbes de glaïeuls. Épis de maïs dégoulinants de beurre.

Odeur des pêches qui mûrissent dans le compotier sur le comptoir.

Celle des plants de tomate, et de lavande, que l’air agite.

Celle du terreau, et des boutures qui ont trempé dans un verre d’eau sur le rebord de la fenêtre.

Celle des grillades des voisins.

Fureur d’été. Une minute ne tiendrait pas dans un roman.

3 commentaires

préjudice


Je le dis pour une xième fois : on ne pleure que sur soi.

Ce qui nous dévaste au décès d’un proche, c’est de perdre le reflet de nous-même qu’il nous renvoyait.

Tristesse intéressée.

Ses yeux, sa bouche, ses bras nous donnaient une réalité, et ne s’ouvriront plus jamais. Nous mourrons avec lui.

commenter

unilatéral

Enfant, j’assistais mon père quand il bricolait, jardinait, cuisinait. Il n’a jamais joué avec moi. Ne m’a jamais lancé la balle ou le ballon.

commenter

antan


Je marchais dans la rue, devancé par une femme et son fils de 4 ou 5 ans, en sandales de plage. Je fixais ses pieds nus, hypnotisé.

Je me disais que j’en avais eus de semblables, tout aussi menus, roses, lisses, à croquer.

Que j’avais été précieux, irremplaçable. Peut-être.

commenter

snob

Dans un bouquin dont je termine la lecture, l’auteure se dit supérieure en raison de sa pratique. Il y aurait, d’un côté, les artistes comme elle : la fine fleur, le gratin, le dessus du panier. Et de l’autre, la populace, la plèbe.

Ce qui la fait pavoiser ? Que sa vie, ses amours et même ses romans soient incompréhensibles à la majorité.

Aristocratie littéraire, que je déteste.

La sagacité d’un plombier ou la dextérité d’un garçon de table vaut bien une phrase joliment tournée.

Et quand j’apostrophe mes contemporains, c’est d’abord moi que je veux blâmer. Parce que je suis pleutre et veule. Je ne m’en prends qu’à moi-même.

commenter

râpe


Il n’y a jamais d’exacte adéquation de soi à soi.

Comme si on était toujours à l’étroit ou, inversement, au large dans sa peau. Impossible d’atteindre l’ajustement impeccable.

J’écris pour rectifier mes contours, ici les amplifier, ici les poncer.

commenter

fracture

Nos souffrances les plus acérées, les plus vives, les plus durables ? Nos peines d’amour. Revers narcissiques.

L’autre n’est qu’un objet dans lequel nous investir. Un instrument. Autrement, il nous indiffère.

commenter