contact

orient


tu racontes l’aube
le silence de la ville ta prière

tu tends tes si longs bras
vers un creux de mère

il ne t’arrivera rien
c’est l’assurance de l’instant

commenter

déborder


le bonheur parfois me fait pleurer (si ça vous chante, amusez-vous à compter les moineaux, bonne chance)

commenter

vendredi


je m’assois dans la lumière pour avaler un bol de soupe à l’orge, dehors il gèle à pierre fendre

commenter

bombardement

l’humain n’est pas fait pour recevoir autant d’informations, d’images, de vidéos, de mises en garde, de démentis, d’avertissements, de gros titres, de bulletins spéciaux, de sollicitations, d’appels à l’action, il peine à respirer

commenter